Etude « Les Parcs français face aux enjeux sur les réseaux sociaux » – 2ème édition

En octobre 2012, le cabinet ID-Tourism publiait pour la première fois une étude sur la présence et l’activité des parcs naturels régionaux et des parcs nationaux sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter).


Six mois plus tard, il était important d’analyser l’évolution des résultats pour évaluer le travail des community manager de ces aires protégées.


Comme nous le précisions en octobre dernier, l’impact des réseaux sociaux dans le choix d’une destination est de plus en plus important pour les consommateurs. Internet est devenu la première source d’informations et de préparation des voyages.


Les parcs étant devenus une marque reconnue pour un tourisme de nature & de terroir de plus en plus recherché par les clientèles, il apparaît essentiel pour eux d’être présent et actif sur les réseaux sociaux.


Or, malgré ces tendances, les parcs français ont encore des difficultés à s’y mettre. Même si 80% des Parcs nationaux ont aujourd’hui une page officielle Facebook, ils ne sont que 4 à avoir un compte Twitter avec un niveau d’activité relativement faible. En comparaison des Parcs américains, les Parcs nationaux français sont « aimés » en moyenne 40 fois de moins. On peut noter néanmoins des chiffres encourageants ces 6 derniers mois pour le Parc National des Calanques sur Facebook (+388% de fans), pour le Parc National des Cévennes sur Facebook (+139% de fans), pour le Parc National de Port Cros sur Twitter (+54.97% de followers) ou celui du Mercantour (+46% de tweets émis) qui reste en tête du classement des Parcs nationaux les plus aimés sur Facebook.


Côté Parcs naturels régionaux, moins de 50% des parcs possèdent aujourd’hui une page officielle Facebook et seuls 4 parcs ont plus de 1000 fans Facebook. Sur le réseau Twitter, les chiffres sont meilleurs qu’en octobre dernier. 6 PNR supplémentaires ont créés un compte Twitter ces 6 derniers mois soit un total de 20% des Parcs aujourd’hui  avec un compte Twitter. Malgré ces chiffres, on peut montrer des parcs en forte progression comme le Lubéron qui gagne 6 places au classement et la Narbonnaise en Méditerranée qui gagne 12 places et intègre le top 20 sur Facebook.


Notons que c’est toujours le Parc naturel régional du Morvan qui est le plus aimé sur Facebook devant les Landes de Gascogne. Sur Twitter, c’est la Haute Vallée de Chevreuse qui reste en tête avec 300 followers.


Des efforts sont donc encore nécessaires au sein des Parcs pour valoriser les offres de tourisme responsable sur ces outils de communication de plus en plus impactant dans le choix des vacances pour les consommateurs.

 

Deux études complètes (Les Parcs naturels régionaux face aux enjeux sur les réseaux sociauxLes Parcs nationaux face aux enjeux sur les réseaux sociaux) sont disponibles sur demande au tarif de 25€ TTC l’étude.